La questiologie ou l’art de poser les bonnes questions: Frederic Falisse at TEDxPantheonSorbonne

La questiologie ou l’art de poser les bonnes questions: Frederic Falisse at TEDxPantheonSorbonne


Translator: Jane Dineen
Reviewer: Denise RQ Who among you asks
at least one question a day? Please raise your hands. Who asks at least one question a day? Who among you in your professional life
asks at least one question a day? It’s obvious: to ask questions
is an everyday act. It’s an everyday act, and yet, you and I, consistently ask
the same types of questions, which represent only 15%
of the possibilities for questions. Why? Because when we ask questions, we want to obtain information
that confirms our vision of the world, that confirm our perception
of the situation, that actually confirm
our map of the world. If someone does something a bit like this, you would ask, “Why?
What’s gotten into you? We are, after all, at the Sorbonne!” And it’s up to him to justify it,
to explain himself, because we want to understand it. “Comprendre” comes from
the Latin “comprendere”, to grasp with intelligence
so as to gather into a coherent whole. We want to understand what he does
in terms of our map of the world. It’s because we want to understand
that we limit our questions to only 10 to 15% of possible questions. And I, today, want above all
to talk to you about the other 80 % of questions. of their richness,
of the need to use them. I would also like to talk to you
about questiology, the art and science of asking questions. There is a technique
for multiplying your questions. The first to understand, long ago, the need to multiply
or change questions, was Socrates. Socrates gave questions
as one gives a present. If one of his disciples complains
of injustice, that’s unjust. Socrates, rather than ask him,
“Why do you complain about injustice?” – notice that this does not
advance the debate- asks him, “What hypotheses can you make
to conclude that there is an injustice?” You see that the perspective
of the response changes sides. Here, the disciple examines how it works. In offering this question, Socrates allows the disciple
to think about how he thinks. That is the definition of reflection. And, in addition, he lets him discover
what constitutes his map of the world. To lead out and cause to emerge is the etymological meaning of “educate”. The objective of Socrates in
asking questions was to cause reflection in order to educate his young disciples. His idea was remarkable;
and Aristotle, another philosopher, founded the first secondary school
in Athens on this principle: to ask questions that cause reflection
in order to educate. So, where are we today
in the schools of the 21st century, we who live in France? Questions are abundantly used, but mainly for evaluating the student, who must then respond
with what he has been taught. In this case, one poses a question
expecting only one answer, which one knows in advance. That is the definition of interrogation. To instruct, and then to interrogate
is the school of the 21st century today, Very, very different from
what Socrates has in mind. But that is what we have learned. And so when we ask questions, we ask questions in order to examine
what is happening around us, to verify, and to consolidate
our map of the world. You may say to me, “All this works
quite well, why ask other questions? What good can that do?” And Einstein pointed
the way to a response. This message is magnificent because Einstein explains to us
the genius of his research. It lies in forming questions
more than in answering them. In fact, we can tell ourselves that, if he had asked himself
the traditional question, “Why are the celestial movements not explained by current theories?”, he would not have caused physics
to progress, as he did. Instead, we can imagine
he asked himself a Socratic question, “What hypothesis do
our current theories make to explain the celestial movements?” And there, as a revolutionary,
he proposes to change the hypotheses. He proposes that time and space
are not constant that time and space are not constant. A revolutionary idea. But in doing this, he changes the map
of the world of physics, and he allows incredible
innovations in physics. So, you see, asking questions is crucial, and the technique
of asking questions, questiology, to understand that, put yourself into the skin
of the one to whom you ask the question. Whatever the question is about,. you will first suggest
taking a certain stance. A stance, that is when you ask
someone a question, you invite him to respond possibly
as one who acts – he does something – or as an observer, he sees what happens, or you ask him to reflect
on what he feels, or again, to take a step back
from the situation. The first way to vary the questions. The second way is a mental action. When you ask someone a question, you invite him to make
a specific mental action. We can compare mental actions
to physical actions. If you kick a ball
or hit it with a tennis racket, you don’t use the same muscles
or obtain the same results That makes sense. In the same way, if I ask you
to summarize a situation, you will use different parts of your brain than if I ask you to analyze a situation. These do not use the same neurons. They do not use the same connections. To help you better understand
how questiologie works, here is a video of a coaching
session with teenagers. (Video) Student: However, I work hard,
I participate in class, I pay attention, I work a lot at home, but once I’m in a test,
I forget everything, I’m blocked. You see this teenager,
he is already extremely active, he is an actor in his situation. He works, he listens in class,
he participates, he is looking for solutions for his exam. If I ask him the question, “Why are you blocked during the exam?”, that won’t help him. He is already taking action, and with my question,
I would be asking him to take action. Instead, I will suggest
that he change his stance, first to feel what happens, and then to take a step back
from what he does. (Video) Teacher: When you are facing an exam,
and you are blocked, how do you feel? Student: Actually, I have
a visceral fear of failing my test. It keeps me from getting anywhere. Teacher: And what are you afraid of
when you are afraid of failing your exam? Student: Uh, OK, if I have bad grades, I think that will keep me from
choosing what I want to do later on. (On stage) FF: You see,
just in changing stances, this teen can become aware
of his map of the world. Simply. And the question
that allows him to take a step back is not difficult to construct. Its grammar is not incredibly difficult. It was enough to double the verb. “What are you afraid of when
you are afraid of failing your exam?” and he realizes
that the stakes of his exam are in fact to be able
to choose his career. To take a step back by doubling the verb, works with any verb; you can try it. Once that is done, he became aware
of his map of the world. It is mow a matter of offering him
opportunities, new paths. And for that, we need to suggest
different mental actions. The mental action
that he has used until now is to describe what happens to him. Here, I will suggest to him
a mental action by bringing together
two disparate elements. (Video) Teacher: So, this means
that, to fail an exam, prevents you from choosing
what you want to do later on. Student: Well, no, I won’t be blocked
just because of one exam from one option or another. FF: “Well, no. Well, no.”
It’s as simple as that. After this mental action,
I’ll suggest another to him; this one will put him into a situation. (Video) Teacher: Agreed. What’s the worst
that it could mean, to fail an exam? Student: I would simply need to retake it,
to be thorough, to pay attention. FF: You see, suggesting to him
mental actions and different stances, can multiply the possibilities,
whatever the subject. Double good news in this story is that there are only four stances
and about ten mental actions. It’s completely manageable:
four and ten is manageable. The good news is that this multiplies
by 40 the possibilities for questions and so of responses,
and so of possibilities. So you who are parents,
in your private lives, parents, children, or who are husbands, wives,
who are friends, ask different questions,
open opportunities for your near ones. In your professional lives,
know how to ask different questions, allowing for a much wider map of the world
and new possibilities. So this is the goal of questiology: to allow everyone to vary and multiply
the types of questions they ask, to choose those that reward them
and allow them to progress. Today, in the 21st century,
we face unprecedented challenges, economic, ecological, demographic, etc. We’ll need to respond to these challenges
as Einstein invites us to, not by immediately looking for answers, but by asking new good questions. We need, for our future, leaders who are capable
of asking better questions. And that is the goal of questiology. I thank you for listening, and if you have questions,
I am at your service. Thank you. (Applause)

100 thoughts on “La questiologie ou l’art de poser les bonnes questions: Frederic Falisse at TEDxPantheonSorbonne”

  1. Ma remarque est peut-être hors-sujet mais le conférencier paraît au début de la conférence incroyablement tenaillé par le trac. Sa respiration est bruyante et sa voix chevrotante. On ressent avec lui les moments où son pouls s'accélere. Il est vrai que ce n'est pas tous les jours qu'on donne une conférence dans un amphi de la Sorbonne.

  2. Belle recherche, les questions sont l'apanage des excellents vendeurs. (Aussi l'outil des magiciens pour détourner l'attention) 🙂 Réf: Philippe KORDA et Frédéric BOUTEILLER.

  3. Je viens de suivre une formation sur la questiologie avec Frédéric Falisse. Ces 2 jours sont un moment fort dans ma carrière, la découverte d'un nouvel outil : l'art de poser la bonne question au bon moment et donc permettre aux personnes d'avancer de façon vertigineuse. Merci à toi et aux participants. Céline

  4. la restitution des "vérités" exprimées par les philosophes a été un sujet de discorde entre mon prof de philo et moi sur "la vérité est elle immuable". Il a refusé de noter ma dissertation car je n'avais pas restitué le cours (l'ayant pris comme point de référence car il attendait à chaque fois une restitution pour chaque dissertation) ça montre bien le niveau d’éducation sur la mise en question contre la restitution.

  5. comment peut on faire face à quelqu'un qui use de communication "perverse" et brouille consciemment ou non, par sa structure psychique, l'évolution de la pensée ? et comment faire pour parvenir à une interrogation voilée systématique qui amène à récupérer l'information voulue, ou au contraire provoquer un étonnement ? n'y a t il pas un blocage possible de l'interlocuteur face à une questin trop frontale, et un type de quesiton qui oriente nécessairement à être orienté dans la réponse tandis que d'autres non ? en bref pourriez vous nous enseigner l'art de matriser l'induction, et la quesiton réelle, les différencier et parvenir ainsi à en user selon le contexte ?

  6. jean entre tes claquettes et ton t.shirt.rouge (autre video) tu es prisé pour ton look .
    une reconversion dans.la.mode s impose.

  7. On est tous des êtres curieux,même si la question reste "stupide" ou "inutile",on veut toujours d'avoir de bonne information qui correcte nos erreurs.
    Pourquoi pardonner après une interrogation?

  8. Très intéressant. On se rapproche de la psychologie, de la sociologie et de la philosophie à la fois. L'art de se poser les bonnes questions ouvre des champs immense pour soi. C'est un art fondamental pour les personnes qui veulent avancer dans leur vie.
    Très bon Ted, merci !

  9. Impressionnant comment enfoncer gaiement des portes ouvertes peut être payant… les bonnes questions sont peut-être des portes ouvertes !

  10. Merci beaucoup pour ce partage. Si je puis me permettre aussi de faire une remarque sur le "cas" de l'ado: La peur est liée aussi à sa projection dans le futur: "Si je ne fais pas ce métier ma vie est foutue". Ce qui est une exagération/imagination positive (désir/fantasme) de cette future carrière. Le mental compense et revient à l'équilibre en créant une exagération/imagination négative (peur/stress). Cette stratégie que nous avons tous (dépression/euphorie – peur/fantasme – dévalorasation/survalorisation) permet de ramener le mental á l'équilibre et dans le présent.

  11. captivant et passionnant. un peu à la limite maths, physiques, philosophiques…très envie d'en savoir plus et de creuser la question

  12. L'inefficacité de la rationalisation pour le stress n'est plus à prouver. Le jeune de la vidéo doit intégrer des réflexes qui lui permettront d'enclencher la réflexion quelle que soit la question posée. Mon humble avis.

  13. La relation d'aide par Carls Rogers … ^^ écoute active, reformulation et clarification ou élucidation…….

  14. Ou pourra remarquer que le langage corporel du jeune gars est passé de renfermé à de plus en plus ouvert

  15. Il gère extrêmement bien son stress, le souffle court ne se gère pas, il faudrait qu'il s'arrête devant tout le monde et fasse des exercices..
    Une excellente intervention, très innovante et enrichissante, étant étudiant en CPGE ce discours m'a profondément inspiré car on nous répète sans cesse de tout reformuler, d'expliquer les termes du sujet etc… Je comprend mieux pourquoi
    Bravo et merci cher Monsieur, je vois souhaite beaucoup de succès dans ce domaine fabuleux qu'est la questiologie.
    Cordialement, M.Adjemi

  16. En quoi poser les bonnes questions fait de quelqu'un un leader, j'ai pas compris le rapprochement ? Poser la bonne question c'est être perspicace, leader ça me fait plutôt penser à un orateur charismatique bref mis à part ça ça m'a donné envie d'en savoir plus, étant donné que j'en pose trop ! Merci pour la découverte

  17. Einstein n'était pas du tout un révolutionnaire mais un plagiariste proffessionnel. Il a tout volé à Lange, Planck et pointcaré. Seule son appartenance à la communaté qui a beaucoup souffert a fait qu'il passe pour un génie.

  18. On précisera que Socrate a été condamné à mort à cause de la questiologie et que c’est précisément pour cette raison que les gens n’osent pas plus. L’honnêteté aurait été aussi de le préciser. Et notamment de répondre aussi à la question : Pourquoi les gens en restent à 20% ?

  19. L’honnêteté aurait été aussi de préciser que ce sont les notes le problème et non la peur naturelle de presque 99% des étudiants. La plupart des individus ne sont absolument pas responsables de leur situation car on ne leur a pas appris à l’être. On leur a appris à avoir peur et à craindre .

  20. Je pense aussi que ce chercheur est complètement largué. S’il connaissait le monde du travail et avait des enfants : ils sauraient que c est pas avec ses questions bisounours que le monde changera

  21. génial, c'est exactement ce genre de conférences qui permet d'augmenter sa créativité. qu'est ce qui me fait dire ça ? déjà Socrates conforte bien le sérieux du sujet et ressentir la source même de sa question est une manière de ce mettre à l'unisson avec soi-même fon de ce connaître mieux. Connais toi toi-même en sachant te poser les bonnes questions.

  22. DIscours avec beaucoup d'ouvertures sur des sujets intéressants et ammène à l'efficacité, qu'est-ce que la questiologie? 🙂

  23. Tu dis qu'on pose tous des questions pour obtenir les réponses que nous attendons.
    Et tes 2 premières questions (très pourries) sont ce que tu critiques.

  24. Le TEDx et bien c'est dommage que la qualité de la vidéo qu'il utilise dans sa présentation à la qualité du son est mauvaise

  25. Nous sommes soumis à l'objectivité, or ce dernier n'est qu'un developpement d'un point de vue tout à fait subjectif…

  26. Malheureusement on préfère abrutir les gens plutôt que les éduquer de nos jours. Les grecs avaient déjà bien compris que c'est avec le langage qu'on raisonne. C'est d'ailleurs la seule chose qui nous différencie des autres animaux.

  27. Non, on pérénise un modèle périmé, déjà les grands pédagogues Romains (socrate…) réfutaient ce modèle, restitué le cours textuellement n'est pas éduqué, ni enseigner, mais faire du gavage débile, former des exécutants, mais pas des génies !

  28. C'est tout à fait injuste, parce qu'on m'a contraint d'exister et donc que je suis innocent d'exister, donc innocent de toutes mes actions. Mais aussi parce qu'on m'a fabriqués imparfaitement, éduqués imparfaitement, et jetés dans un monde imparfait…

  29. Pour résoudre le problème existentiel majeur (qu'est-ce que la pensée?), j'ai posé une vaste arborescence de questions. Et en fait la solution à ma question initiale, mère de toutes mes questions, a comme solution une foultitude de questions de détails qui ne trouveront jamais aucune solution…

  30. Pour votre bien, ne lisez pas les commentaires négatifs sur la terre plate, le complot, l'espace n'existe pas, on continuerait apparemment de nous manipuler, en mode illuminati. Je dis ça pour votre cerveau, ça fait mal au cerveau ces histoires tant ils faut chercher des heures à essayer de trouver un lien entre le raisonnement et la conclusion sans jamais y parvenir (j'ai cassé un oeuf, il est devenu vert, vous avez 1 heure pour comprendre le phénomène). Vivement que les civils puissent également aller y faire un tour (au moins une bonne partie) afin d'en terminer avec cet histoire de complot mdr. J'ai hâte. On rigolera bien.

  31. Le fond de l'intervention est très intéressant, la forme toutefois mériterait d'être revue avec l'intervenant: Respiration compliquée, déplacements trop nombreux et questions d'introduction totalement inutiles et qui ne captent pas l'attention… une petite formation sur la prise de parole permettrait plus d'aisance 🙂

  32. C'est une bonne conférence, mais l'exemple vidéo est très embarrassant. Une mise en scène avec des acteurs ne permet pas d'illustrer quoi que soit sur l'art de la question en situation réelle.

  33. L'art de la question. Un sujet passionnant car poser les bonnes questions est la meilleure manière de rentrer en réelle communication. Utile dans nos professions et dans le cadre de nos vies privées.

  34. je pose des questions depuis j'étais petite, et jusqu'à maintenant, et parfois il y a des gens qui sont embêtés par mes questions, pourtant se sont des questions pas très compliqué, car on veut comprendre l'autre ou la thématique en question. dehors des études, les gens en grand parti n'aiment pas qu'on leur pose des questions, ou parfois les réponses se sont des réponses à travers. poser des questions ça aide notre esprit à développer la réflexion et bien sûr la réponse de ces questions, donnent à la personne une occasion à creuser encore et poser des questions plus profond, c'est le gymnastique pour nos neurones.

  35. Le premier livre sur la Questiologie pour les leaders est enfin disponible sur kisskiss bangbang.

  36. Oui bah c'est plutôt de la logique qu'autre chose… Il n'y a pas de cours de logique dans tout le cursus scolaire…

  37. C'est en moins bien ce qu'on appelle l'entretien d'explicitation et qui fait bien partie de la formation des profs actuellement… (au niveau de l'espe et du paf) Voilà voilà.

  38. Il s’agit de l’esprit de critique. Je dirai que c’est une affaire d’éducation ou à un stade critique l’échec. Sa respiration m’agace à un point alors la j’en peux plus putin de MERDE. Je vois de l’espoir tout de même avec cet état d’eveil, keep it up (y)

  39. Je commence la technique tout de suite tiens: Pourquoi est-ce que nous ne sommes pas capable de choisir des leader qui ne savent pas poser les bonnes questions?

  40. Belle analyse qui questionne ,J'en suis persuadé chacun de nous, en particulier et avant tout moi même .merci !

  41. Super cours, merci. Au niveau professionnel, peut-on être manipulé en face de quelqu'un qui sait poser les questions et les orienter ? si oui, comment le savoir et comment le contrer ?

  42. "Pour l'esprit scientifique, toute connaissance est une réponse à une question. S'il n'y a pas eu question, il ne peut y avoir de connaissance scientifique. Rien ne va de soi. Rien n'est donné. Tout est contruit" La formation de l'esprit scientifique, Gaston Bachelard.

    Je salue l'opération qui consiste à présenter une faculté sous la forme d'une découverte stupéfiante. Pour le reste, quelques milliers d'années de philosophie sont là. Il suffit de consulter n'importe lequel des ouvrages de Platon ou bien de creuser l'exercice de la dissertation philosophique, notamment la partie sur la "problématique".

  43. Médiocrité abyssale. Pourtant ca comnence bien avec la référence à la maïeutique socratique. L'orateur est essouflé et son intervention mal préparée. J'ai un vieux doute sur l'entretien avec le jeune homme qui à mon avis est (mal) joué. Dommage parce que le sujetvest intéressant et certaines idées sont bonnes.

  44. Quelqu'un aurait-il la liste des 10 gestes mentaux ? Je ne la trouve pas sur internet.

    De plus, il semblerait que ce monsieur s'approprie en grande partie les livres de Michel Mayer, sans jamais le citer. Michel Mayer a écrit de nombreux essais au sujet de la problématologie.

    Il est dommage de s'approprier ainsi le travail des autres, même si fondamentalement l'idée de poser les bonnes questions au bon moment est important, et le fait de l'enseigner via des formations est louable.

  45. Je mes souviens encore de cet instituteur convoquant ma mère pour lui dire: " Elle est très gentille votre fille, mais elle pose trop de questions! Quand je commence à lui répondre, elle ne s'arrête jamais, je n'ai pas le temps de me consacrer qu'à elle!" Seulement étais-je la seule à me poser ces questions? où étais-je la seule à oser les poser?! Il m'a fallut attendre le lycée et les cours de philosophie pour me sentir enfin à ma place. On ne m'offrait plus alors du contenu à ingurgiter mais un espace pour me poser des questions. Quel bonheur!

  46. Merci j'ai bcp aimer ce thème beh oui si on veux faire face à des situations difficile on choisis les bonnes questions à partir desquelles on se fais un cheminement pour la résolution

  47. Un grand merci , certainement la meilleure video qu'il m'est étais donner de voir jusqu'à présent !
    J'en étais moi même convaincus mais le monde actuel me semble ne pas se soucier de cette problématique de se pauser les bonnes questions . J'entends par la une confirmation de mes propres interrogations ! La conclusion est certaine ! Merci !

  48. Je trouve cela génial ! Quel beau discours en plus il y a mélange entre le concret et l'abstrait … Personnellement je trouve que d'abord essayer de trouver les bonnes questions au lieux de chercher les bonnes réponses est primordial ne serais ce que pour les interrogations justements … Par ce que si on ne se pose pas la bonne question on ne trouvera forcément pas la bonne réponse … Bravos pour ce discours éclairant ! ☺️

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *